SAM CHICOTTE, UNE APPROCHE PHILOSOPHIQUE À LA TÉLÉ

SAM CHICOTTE, UNE APPROCHE PHILOSOPHIQUE À LA TÉLÉ

 

Les enfants sont de grands philosophes.  D’où je viens ?  C’est quoi le bonheur ?  Où va-t-on quand on meurt ?  Poser des questions et chercher des réponses est un comportement tout naturel chez eux.  Inspiré par cette attitude, Matthew Lipman, un professeur philosophe américain a élaboré un programme éducatif ayant pour objectifs de :

  • Développer la capacité de réflexion des enfants;
  • Former leur jugement;
  • Les rendre plus critiques et plus créatifs;
  • Habituer les enfants à réfléchir avant d’agir, notamment lorsqu’ils sont au cœur de situations conflictuelles.

 

Ce programme de philosophie pour enfants, reconnu par l’UNESCO, connaît au Québec, depuis une vingtaine d’années, un intérêt grandissant.  Des universitaires, des intervenants sociaux et des enseignants s’inspirent de cette approche pour éveiller l’esprit critique de l’enfant, l’inviter à l’empathie et surtout lui apprendre à réfléchir.  Les spécialistes de l’enseignement de la philosophie pour enfants affirment que les résultats obtenus bouleversent  un préjugé tenace voulant que les enfants soient trop petits pour apprendre à réfléchir et comprendre des notions complexes faisant appel au jugement.

La série télévisuelle SAM CHICOTTE  veut contribuer à sa façon à l’atteinte d’objectifs du programme de philosophie pour enfants, tout particulièrement, au développement d’une pensée autonome, critique et créatrice.  Lipman voulait éveiller chez l’enfant sa capacité à réfléchir, il voulait l’aider à se doter d’outils pour mieux décider par lui-même et développer chez lui de l’empathie envers ses pairs.  Son approche ne demande pas à l’enfant d’étudier les grands philosophes, elle cherche à créer un climat favorable au dialogue autour de questions que ce dernier se pose sur la vie, la société, les gens.

Lipman  a proposé aux enfants des romans écrits pour eux, susceptibles de stimuler leur imaginaire, leur curiosité et leur questionnement.  De son côté, SAM CHICOTTE propose aux enfants une fiction télévisuelle inspirée de leur réalité quotidienne, de leur questionnement et ouverte sur un monde imaginaire des plus stimulant.

Les téléspectateurs ne sont pas que témoins du déroulement d’événements extérieurs, ils partagent avec nos héros des moments remplis d’émotions et peuvent s’identifier à ces jeunes qui, comme eux, se questionnent et réfléchissent pour trouver une solution personnelle à leur dilemme intérieur.  Chaque épisode propose une nouvelle aventure quotidienne qui met en évidence une question « philosophique » généralement installée dès la première scène et qui se déploie tout au long de l’épisode pour amener l’enfant à trouver une réponse à la question initiale.

Au cours de cette première année, Sam, Edgar et Alice tenteront de verbaliser leur pensée et de formuler leurs questions, un premier pas vers le raisonnement.  Dans chacun des épisodes, l’un ou l’autre des héros pose une question « philosophique » renvoyant l’enfant à son dialogue intérieur :

 

  • Si je veux un ami, est-ce que je dois faire tout ce qu’il veut ? 
  • Sam ne veut pas se battre, est-ce qu’il y a d’autres solutions ? 
  • Pourquoi je suis le seul à avoir peur ? 
  • Est-ce que c’est possible d’avoir du plaisir avec quelqu’un qu’on n’aime pas ?
  • Est-ce que l’amour ça dure toujours ?

 

Certaines questions abordées relèvent des enjeux éthiques auxquels font face tous les enfants dans leur apprentissage de la vie en société.  Apprendre à vivre avec les autres, c’est apprendre à se poser des questions sur ses propres comportements face aux autres et sur le comportement d’autrui face à soi.  D’autres questions amènent les enfants à se dégager de leur perspective égocentrique et à reconnaître les différences individuelles.  À travers l’expression des points de vue des trois héros, chacun peut commencer à se percevoir comme un être unique ayant sa propre vie intérieure et à accepter que l’autre est différent de soi.

Les enfants en suivant les aventures de Sam et ses amis évolueront « philosophiquement » comme leurs petits héros, chacun à son rythme.  Certains, comme Alice, s’arrêteront pour mieux comprendre les enjeux des faits et gestes de chacun, d’autres plus impulsifs, comme Sam, réaliseront qu’il est parfois périlleux d’agir sans réfléchir et quelques-uns, à l’image d’Edgar, comprendront que leurs idées bien arrêtées sur certains sujets ne sont peut-être pas des vérités aussi absolues qu’ils le croyaient.